Sites remarquables en Scandinavie (2014)

Sites remarquables

 

La route de l’Atlantique

La route de l’Atlantique (en norvégien : Atlanterhavsveien) est une section de la route nationale 64 située dans la partie nord de la zone côtière de Hustadvika en Norvège. Cette route, longue de 8kms,  serpente dans une nature sauvage et figure en tête des plus belles routes touristiques sélectionnées par le magazine The Guardian.

La route de l' Atlantique Norvège

“La route de l’Atlantique zigzague sur un parcours jalonné par 12 ponts peu élevés qui surplombent la mer, reliant les îles entre Molde (célèbre pour son festival annuel de jazz en juillet) et Kristiansund dans les fjords de l’Ouest. Hustadvika est une région où la mer est traîtresse, et lorsqu’il y a tempête, le paysage est fantastiquement dramatique. Lorsque le temps est plus calme, l’on peut apercevoir des baleines et des phoques”, écrit The Guardian (25 April 2006).

Elue “la construction norvégienne du siècle” en 2005, cette route relie les îles d’Averøy et d’Eide. Depuis Kristiansund, la route nationale 64 continue, via un ferry, vers Bremsnes, ensuite elle traverse l’île passionnante d’Averøy, avec son Eglise en bois debout de Kvernes, et continue le long de son littoral incroyable vers Hustadvika.

La route de l’Atlantique saute agilement d’île en île, en traversant sept ponts, une faune riche en oiseaux et en phoques, et passe par des excellents lieux de pêche accessibles en bateau ou tout simplement depuis les bords rocheux du littoral. La route de l’Atlantique fut ouverte en 1989 et est aujourd’hui gratuite.

Comment se rendre à la route Atlantique ?

Depuis Kristiansund :

Le Tunnel de l’Atlantique relie Kristiansund à l’île d’Averøy et à la route de l’Atlantique. A partir du centre de Kristiansund, prenez la route nationale 70 jusqu’au rond-point où commence la route nationale 64 (suivre la direction de Molde). Long d’environ 5,7 kilomètres, ce tunnel à péage est interdit aux cyclistes.

Depuis Molde :

Suivez la route nationale 64 à travers Eide et vers Averøy.

Embarquez immédiatement à bord d’un voyage en vidéo qui mérite le détour !

Les tempêtes de l’automne

Selon l’office de tourisme locale, Destination Molde & Romsdal, un grand nombre de touristes choisit de voyager sur la route de l’Atlantique en automne, en espérant vivre une des nombreuses tempêtes qui frappent la route en cette saison. Les ouvriers de construction ont fait l’expérience d’en tout 12 ouragans lors de la construction de la route, avant son ouverture en 1989.

La route de l’Atlantique a été classée numéro un par The Guardian, devant la côte longeant les Monts Antrim en Irlande du Nord, la région de l’Himalaya entre Manali et Leh, la route de la Rivière Gibb en Australie et l’autoroute “Sea to Sky” (de la mer au ciel) au Canada.

 

 

HURTIGRUTEN (l’express côtier)

Hurtigruten

 

Hurtigruten  est le nom du service régulier de navires qui assure la liaison entre 34 ports de la côte norvégienne depuis les années 1890.

Le Hurtigruten, “la route rapide” en norvégien, traduit par express côtier en français, a été lancé en 1893 par Richard With qui quitta Trondheim en direction de Hammerfest à bord du navire à vapeur Vesteraalen. La compagnie Vesteraalens Dampskibsselskap voyait ainsi le jour.

Largement aidée par des subventions du gouvernement norvégien, la ligne a longtemps été un lien vital pour de nombreux villages auxquels les navires livraient nourritures, nouvelles et matériels, et le moyen de transport dans un pays où les communications par terre sont peu aisées. La ligne a été exploitée par neuf compagnies différentes au cours de son histoire, mais un seul armateur l’exploite actuellement, Hurtigruten ASA.

Elle dessert aujourd’hui quotidiennement 34 ports répartis sur 2 700 kms entre Bergen (sud-ouest de la Norvège) et Kirkenes (frontière russe, au-delà du Cap Nord). La flotte compte onze navires modernes, combinant transport de fret, transport de passagers et croisière, qui effectuent le voyage aller-retour en onze jours.

 

circuit de l'Hurtigruten, l' express côtier norvégien.

Le développement des réseaux routier et aérien a vu l’importance du trafic de marchandises décroître : les croisières ont pris le relais. Les nouveaux navires sont dignes des meilleurs navires de croisière et les officiers navigants pilotent durant la période estivale ces navires dans les fjords les plus étroits (Geirangerfjord, Trollfjord) afin de faire du Hurtigruten “l’une des navigations les plus spectaculaires du Monde”. Au-delà d’un simple moyen de transport, l’Hurtigruten est aujourd’hui devenu une attraction touristique, connaissant un succès croissant, les voyageurs étant attirés tant par la beauté de la côte norvégienne, très découpée, que par la possibilité d’atteindre les hautes latitudes septentrionales, où l’on peut observer en été le soleil de minuit et en hiver des aurores boréales.

 

 

La route nationale et touristique 17

“La Kystriksveien”

La route de l' Atlantique Norvège

La route nationale 17, est l’une des routes les plus célèbres de Norvège, empruntant une partie touristique de la côte norvégienne du comté de Nordland. Elle est parfois appelée la Kystriksveien, littéralement “route nationale côtière”.

Elle débute à Steinkjer (au nord de Trondheim), et se termine à Bodø. Longue de 630 kilomètres, elle nécessite le passage de 6 bacs. Elle a longtemps été la seule route possible pour voyager vers le nord du pays, avant la mise en service des tronçons de la route européenne E6 passant par les plateaux intérieurs.

La route de l' Atlantique Norvège       La route de l' Atlantique Norvège

 

La route de l' Atlantique Norvège

 
 

 

Geysers, ferries et fjords  d’Islande et de Norvège.

Le photographe néerlandais  Martijn Doolaard  s’est essayé à filmer la vie dans différents lieux touristiques de ces deux pays. Notamment  à  Geiranger, une ville de Norvège au pied des montagnes, connue pour offrir de très beaux panoramas. La vidéo a été mise en ligne lundi 22 décembre 2014.

Touristes surpris par les geysers, ferries arrivant et quittant le fjord :  Martijn Doolaard s’est amusé à filmer la vie qui anime cette bourgade comme on observe des insectes. “Je voulais dépeindre cela comme on observe une fourmilière, ce qui offre une perspective amusante sur les choses”, explique le photographe. Le résultat, sublimé par un habile jeu de flou, est plutôt réussi.

 

Les commentaires sont fermés.